J’ai enfermé 400 ppm

Fini de rigoler. Moi, je veux pas aller plus loin, j’ai enfermé les 400 ppm de CO2 atmosphérique dans une bulle avec une plante. Un jour peut-être, un de mes gosses, un gosse de mes gosse, ou un enfant d’élève retirera le bouchon de la bulle quand la concentration en gaz carbonique descendra et repassera symboliquement par 400 ppm, c’est quand il y aura de l’espoir.

Je n’aurais pas été tenté de cliquer sur l’article de Matières Vivantes 400 ppm désabusé si je n’avais pas confondu ppm avec bpm. Quel con. Mais l’article est super. Et je n’aurais pas eu envie, le 16 mai 2013 d’enfermer les 400 ppm CO2 dans une bulle si je n’avais lu cet article et vu ce petit vieux, au hasard des dérives Internet, qui avait enfermé une plante dans une bouteille en verre depuis 1972.

Alors, j’ai fait la même manip, j’ai été chercher dans le jardin de l’école une Tradescantia, je l’ai placée au fond d’un ballon à fond rond avec un peu de terre, je l’ai laissé tranquillement prendre racine, dialoguer biochimiquement avec la microfaune de son petit bout de terre et pousser un peu en attendant l’annonce fatidique de la Keeling Curve. 400,27 ppm ce 16 mai 2013, record battu depuis au moins 2,5 millions d’années. Au revoir Tradescantia, je t’enferme avec ton stock d’

H2O, d’O2 et de CO2, symboliquement, pour gérer ton oikos, ta maisonnée, racine étymologique d’écologie. Je ne te laisse pas à l’abri du soleil, le moteur photosynthétique, qui imposera l’équilibre homéostatique entre toi, la microfaune de ton petit échantillon de terre et tes gaz.

Microécosystème

Microécosystème

Car notre planète terre, c’est la même chose que la bulle de ma Tradescantia, une croûte de terre derrière une couche de verre atmosphérique. La biosphère se gère, à quelques détails près, sans apports extérieurs. A moins de brûler tout un stock de toutes sortes d’hydrocarbures enfouis dans la croûte terrestre depuis des temps immémoriaux, sous prétexte de croissance économique (infinie en théorie, mais l’économie n’est pas une science et les économistes sont des charlatans) et de consommation.

Ouais, je voudrais vivre dans ma petite bulle de verre avec ma Tradescantia, respirer un air déjà ancien à mes cellules, comme si tout cela n’avait été qu’un mauvais rêve.

Une réflexion au sujet de « J’ai enfermé 400 ppm »

  1. Ping : J’ai enfermé 400 ppm | Rock 'n' Science

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *