Le salaire de la peur I

Faire des pétards en classe ? Mouais, il y en a des qui sont pour et des qui sont contre. Bon, à commencer ce post comme ça, je vais perdre tous mes lecteurs. Mais non, restez ! On va parler de pétards !

Oui mais quand-même, la question mérite d’être posée. On peut illustrer de la cinétique chimique, de la thermodynamique, de la vitesse de réaction… Oui oui, le pétard a des vertus pédagogiques. Et sans vouloir se donner une fausse bonne conscience, faire péter des trucs au cours de chimie, c’est chouette. Mais ça reste dangereux, une collègue a eu un élève qui s’est brûlé au visage lors de cette manip, alors, respect rigoureux des consignes de sécurité.

Pour faire un pétard en cours, je recommande vivement la poudre noire, et pourtant, réaliser un pétard qui explose n’est pas facile avec cet poudre d’artifice… Si le pétard s’enflamme, c’est déjà très bien, ne vous en faites pas ; si le pétard explose, c’est super bien !
Le choix de la poudre noire pour ce type d’expérience est fait sur base de sa relative stabilité. D’autres poudres telles que la « poudre flash » qui contient une bonne partie d’aluminium peut exploser par compression ! Les artificiers réduisent en poudre chaque composant de l’artifice  séparément avant de les mélanger au creux d’une feuille de papier journal pour éviter toute compression ou frottement un peu excessif ; l’air de la pièce dans laquelle sont réalisés les explosifs est régulièrement humidifié pour éviter les décharges d’électricité statique.

La dynamite quant-à-elle, la vraie comme dans les western, celle qu’on enflamme avec le bout du cigarillo est de la nitroglycérine stabilisée. La nitroglycérine en elle-même n’est pas compliquée à faire mais est extrêmement instable ! Une variation de température de quelques degrés, elle explose aussi à 0°C. Le chimiste suédois Alfred Nobel a perdu son labo, son frère Emil et du personnel lors d’une tentative ratée de stabilisation de la nitroglycérine. Tellement d’accidents survenaient lors du transport et du stockage de la nitro liquide que son usage en a même été interdit en Europe… Ailleurs, aux états-unis entre autres, la nitroglycérine était fabriquée artisanalement dans les galeries de mines ! J’ai vu des mineurs en Bolivie fabriquer eux-même leur nitro pour la dynamite, ils l’utilisaient pour faire péter des filons, bien sûr, mais aussi lors d’affrontement avec les forces de l’ordre !

Tout le monde se rappelle cette scène du « Salaire de la peur » où des mecs doivent transporter en camion une charge importante de nitroglycérine liquide à Las Piedras, en plein milieu du désert.

220px-SalairedelapeurR350
Stabiliser la nitroglycérine permet de stocker de grandes quantités d’explosifs, ce qui est très utile pour les œuvres de génie civil : mines, routes, tunnels… Nobel réussit à trouver le moyen de la stabiliser  en 1866 et appela sa trouvaille la « dynamite », produit par son entreprise « Dynamit Nobel ». En l’honneur de Nobel, un élément porte son nom : le Nobélium (Z=102). L’entreprise arrête de fonctionner en 2004. Des explosifs sous forme de pâte, les « plastic » ont fait une rude concurrence à la dynamite.
Cependant, la dynamite est beaucoup plus connue pour ses usages belliqueux, « Dynamit Nobel » était officiellement spécialisée en « produits chimiques et techniques d’armement », 2,3 milliards d’euros de chiffre d’affaire en 2003… Ah, les chimistes. Nobel aurait-il créé le Prix de la Paix lors d’une crise de conscience ?

Pour en revenir à nos artifices pédagogiques, même si la manip n’est pas réalisée en classe, certains élèves tentent de faire « péter la baraque » mais… chez eux ! Et avec les recettes que l’on trouve sur internet tel que faire fondre du Nitrate de Potassium avec du sucre à la cuisinière – authentique – , ou comment faire de la nitroglycérine chez soi – authentique –  pas étonnant que des doigts se perdent ou que des visages se défigurent ou même, que des vies se perdent. Donc, faire fabriquer un pétard en classe a aussi des vertus éducatives : intégration des consignes de sécurité, prise de conscience des dangers, évaluation des risques.

Personne n’empêchera une bande d’ados de faire leurs recherches sur Internet pour tenter de faire leurs explosifs… Alors voilà, je préfère donner ma manip de pétards et de poudre noire, sûre et amusement garanti.

Bon amusement et ne faites pas les imbéciles.

3 réflexions au sujet de « Le salaire de la peur I »

  1. « Nobel aurait-il créé le Prix de la Paix lors d’une crise de conscience ? »

    J’avais lu quelque part que Nobel avait créé le prix Nobel car lors de la mort de son frère (un autre qu’Émil), plusieurs journalistes avaient cru que c’était sa mort à lui et un journal l’avait nommé quelque chose comme « le marchand de la mort ».

  2. Ping : Le salaire de la peur II | Rock 'n' Science

  3. Ping : Le salaire de la peur I | Rock 'n' Science

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *