« Catapulto » action-réaction

Toute action engendre une réaction. On est d’accord. Mais que se passe-t-il quand l’action n’engendre pas la réaction attendue? Eh bien, dans certains cas, cela s’appelle dans un langage très technique un « fail ».

Prenons le cas d’une catapulte dont la détente est assurée par de grosses lanières de caoutchouc. Le projectile – une bombe à eau dans ce cas – est placé au milieu des lanières tendues et va être le centre d’une lutte entre la force d’action de la personne qui tire vers lui le centre de la catapulte et la force de réaction qui elle, de sens et de direction opposée à l’action veut projeter la bombe à eau loin, très loin du « catapulteur ».

Capture d’écran 2014-03-27 à 10.56.59 Catapultooo !

Le principe est simple en théorie. Mais il n’est pas si facile que ça de propulser une bombe à eau en pratique avec une catapulte, surtout dans le contexte survolté de la célébration des derniers « 100 jours » d’études des élèves de sixième secondaire de l’Ecole Belge de Kigali !

La preuve en images. C’est super-drôle, CATAPULTOOOOOOO !

 

Une réflexion au sujet de « « Catapulto » action-réaction »

  1. Ping : Ratages, catapultes, perruques et bandanas [Vidéo] - De la science sauvage pour des cerveaux en ébullition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *