L’image du racisme

Une image pour mieux comprendre le racisme.

C’est pas facile de commencer un cours sur le racisme, on l’introduit par quoi ? Par un « bonjour, aujourd’hui je vais vous parler du racisme, alors, qui peut me dire ce que c’est qu’un raciste ? Hein alors ? Oui ? Toi ? Non ? Tu levais pas le doigt ? Non ? Tu te grattais l’aisselle gauche ? D’accord. » Ou alors par une image de « boneheads » (eh oui, on ne dit plus « skinhead » parce qu’il y a des skins militants antiracistes) égosillant leur haine les veines dilatées avec comme slogan la phrase de Léopold Sédar Senghor « les racistes, sont des gens qui se trompent de colère ». Très cliché tout ça. Une fois, suite à mon intro sur le racisme, je me suis farci un « oh non, on va pas encore parler du racisme, on connaît ! ». Je me suis senti bête devant ces ados blasés.

Suite à tout cela, j’ai opté pour une image. La voici :

Gabon - Chasse à l'éléphant

Gabon – Chasse à l’éléphant

Ensuite, je demande d’analyser la photo : qu’est-ce qu’on voit en premier, qu’est-ce qu’il y a au premier plan, en arrière-plan, etc.

Et qu’est-ce qu’on voit en premier ? Un homme, blanc, à la moustache rigolote, sur un éléphant visiblement mort. La photo en noir et blanc est ancienne et évoque la colonisation. Une dame aussi, toute guillerette est visible à côté du monsieur blanc. En arrière plan, une sorte de masse informe d’Africains en apparence, vu la teinte de leur peau, le regard hagard, pauvrement vêtus.

Voilà-voilà

En ce qui concerne l’évocation de la photo, eh bien, on retrouve « la colonisation », « un braconnier avec sa femme », un « chasseur d’éléphant », etc.

Pour moi, cette image évoque le racisme, ni plus ni moins. Je m’explique. Le racisme est une philosophie, une conception du vivant : il y a des races au sein des espèces, Homo sapiens pour notre cas, qui ont chacune leurs spécificités et qui ne sont pas égales. Ils faut donc les classer selon une hiérarchie toute subjective : la pensée raciste étant d’origine européenne « blanche », ce sont les blancs qui sont au sommet de la hiérarchie raciale. Les races supérieures se distinguent des autres par leur intelligence, leur capacité à contrôler la nature et ses ressources. Les races inférieures, pour la plupart encore à l’état sauvage, sont toujours intégrantes de la nature. Le monde sauvage s’opposant au monde dit civilisé.

On retrouve tout cela dans cette photo qui date des années 1930, prise au Gabon dans une mission évangélique.

En voyant la photo, l’œil est tout de suite attiré par la singularité, la hauteur et la lumière de l’homme blanc. Il domine la nature, il a tué un éléphant, un symbole de puissance de la nature. La femme est légèrement en dessous du monsieur, la pensée raciste impose le patriarcat, on ne parle pas de l’Humanité mais de l’Homme. Enfin, en arrière-plan, une masse de gens presque intégrée dans le décor, peau foncée, hagards, chichement vêtus, étonnés devant l’appareil photo, la technologie, la magie de l’Homme blanc.

J’insiste bien sur le fait que le racisme n’est pas une théorie scientifique. Le projet scientifique raciste a été un échec, aucun gène particulier des races n’a été mis en évidence mais surtout, les critères physiques pris en compte pour la classification des races ne sont pas significatifs pour réaliser une discrimination (le terme est super bien choisi) au niveau génétique.

T’as pas compris ? Alors, ré-écoute l’Oeuf de Lofofora ! Album Lofofora, 1994. (Quelle année ! J’ai perdu plusieurs années d’acuité auditive à écouter ce morceau. Je ne regrette rien. Rock.)

« (…)
Nous sommes une seule race pour plusieurs couleurs.
Nous sommes tous sortis du même moule, du même oeuf,
Du sein de notre mère la Terre,
Au Sud comme au Nord toujours rien de neuf,
Tu le sais les terriens sont les seuls habitants
(…)
 »

Et le clip :

7 réflexions au sujet de « L’image du racisme »

  1. Fort intéressant. Tout est dans la conclusion. Le racisme est bien dans les idées. On a rien trouvé d’intéressant dans le gênes pouvant justifier une quelconque ségrégation voire hiérarchisation des races, loin s’en faut. ça aurait été intéressant si on avait trouvé quelque chose, mais non. Du coup on a l’air bien cons.

    • Salut ! Les dernières recherches en ce qui concerne les origines de l’Humain, par comparaison de séquences génétiques, tend à démontrer notre origine commune. Bon, ce sera pour mon prochain article !

      C’est un peu vieux mais le document « c’est pas sorcier » sur le sujet « des hommes de toutes les couleurs » est pas mal.

  2. Hello,
    J’ai cru comprendre qu’il n’existait pas de race à propos de l’espèce humaine. Alors si les races n’existent pas qu’est-ce que le racisme ?
    La théorie de ceux qui croient aux races ?

    • Le racisme est une théorie subjective qui prétend que des critères physiques peuvent différencier suffisamment des groupes humains entre eux qu’on peux les classer dans une hiérarchie. La race la plus « évoluée » dominera les autres. Comme par hasard, la race dominante est celle qui pense le racisme ! D’où tout le côté artificiel des races.

      Le racisme aurait obtenu plus de crédibilité si on retrouvait des différences significatives au niveau genetique entre différents groupes Humains, or, ce n’est pas le cas ! Les dernières recherches sur le sujet tendent à démontrer l’origine commune d’Homo sapiens.

      Les races peuvent être créées artificiellement en maintenant certains critères biologiques au sein d’un groupe reproducteur, comme les chiens par exemple : les chiots issus de la rencontre d’un doberman et d’un caniche ne seront ni des caniches ni des dobermans. Sans les humains et le maintient artificiel des races canines, eh bien il n’y aurait plus de races de chiens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *