Comment je suis devenu prof de sciences : épisode 4

Des études universitaires se réussissent avec de la passion, de la motivation et la solidarité des étudiants.

Ah, l’Unif. Je suis sûr que beaucoup d’autres personnes le diront mais mon passage dans cette université correspond aux plus belles années de ma vie : stimulation sociale, intellectuelle, bref, la vie. Je me suis inscrit en Ingénieur Agronome, soit, pour être moderne. Bio Ingénieur, orientation tropicale.

A l’Université Libre de Bruxelles, c’est une école inter-facultaire de bio-ingénieur, à cheval entre polytechnique et la faculté des sciences. On y apprend aussi bien de la bio pure et dure que des techniques de labo de chimie, de la physique, des stats, des techniques de construction, de la mécanique, comptabilité… J’étais sûr qu’avec un tel diplôme en poche, je pourrais me débrouiller dans n’importe quelle situation.

Blouses, chimie et rencontre inoubliable

C’est aussi la première fois que je fais des labos de chimie ! Et ça a été une révélation ! Ah, le fantasme des blouses blanches.

J’avais cependant toujours des problèmes en physique. J’ai donc été aux séances de « remédiation » organisées par des étudiants en dernière année de physique. Et c’est là que j’ai rencontré Xavier Bekaert. Il m’a bien aidé ce satané physicien. Mais voilà que le soir de notre première rencontre sauvetage pré-examinatoire de physique, est organisée la prise d’un squat dans un quartier populaire de Bruxelles. En rentrant dans une pièce obscure du vieux bâtiment laissé en pâture à la spéculation, je distingue, dans un vieux fauteuil, uns silhouette familière : ce satané physicien ! Et moi qui pensait que les physiciens ne sortaient pas de leur bureau ! C’est depuis ce moment qu’est née une grande amitié, teintée de militantisme et de science. Même si je dois avouer que je ne comprends toujours pas quel était exactement le sujet de sa thèse de doctorat… Elle devait être plutôt réussie, puisque Xavier est aujourd’hui Docteur en physique maintenant. Satané physicien !

Remarque : cette série de billets est publiée dans le cadre du projet « blogue ta science » de l’Agence Science Presse, « un projet de promotion des carrières scientifiques auprès des adolescents, par la lorgnette de l’humain : les passions, les rêves et le cheminement professionnel à travers ses obstacles et ses aspirations« , comme l’explique très bien Isabelle Burgun, coordinatrice aux blogues – ah ben ouais, à Québec, « blog » ça se dit « blogue » – à l’Agence Science Presse.

Retrouvez ici les épisodes 1, 2 et 3 de cette saga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *