La Saint-Valentin du côté des blogs scientifiques

Les amateurs de science traiteraient l’amour et la Saint-Valentin de manière ennuyeuse ? Détrompez-vous ! On y parle de la sexualité du campagnol à la construction d’un clitoris en pâte à modeler en passant par un coït Néandertalien.

Du coté du café des sciences, j’ai pu glaner quelques posts en Une pour les moins originaux en cette journée de Saint-Valentin ! Par exemple, Sirtin demande qu’on lui dessine un clitoris (s’il te plaît). Sirtin nous fait remarquer que oui, une bite à scrotum poilu, tout le monde sait le faire mais qu’en est-il du clitoris ? Ah oui, c’est plus compliqué, n’est-ce pas ? On y va même à coup de modèles 3D en pâte à modeler.

Ceci n’est pas un clitoris en pâte à modeler

Marion Guillaumin et sa Science dans tous les sens se penche sur la question de savoir quels sont les facteurs dans un couple qui, combinés à l’attachement dans la petite enfance, favorisent les comportements adultères…

…chez l’humain ! Car oui, Marion nous explique que le campagnol, lui, n’est pas susceptible de tromper sa/son partenaire grâce à un cadenassage affectivo-hormonal.

Stomy bugsy nous rappelait, il y a quelques années déjà, que son fils avait un papa gangster dans son fameux clip « mon papa à moi est un gangster » . Vous vous attendez à ce que je fasse un lien exclusif pour la Saint-Valentin avec l’ex-compère de Stomy du Ministère AMER à savoir, Doc Gynéco ? Hé non. J’avais juste la chanson de Stomy en tête. Mais Hommeni’ sciences nous évoque nos autres papas, les néandertaliens, avec qui Sapiens a fait la chose sexuelle ! Oui, ce n’est plus un scoop mais une partie de l’Humanité est descendante de Homo neanderthalensis. Bon, ce n’est pas une catastrophe hein, je le vis bien, mais Hommeni’ sciences nous explique dans son post de quelle manière ces ébats entre Homo nous ont transmis le cancer du col de l’utérus.

Graaaah

Du côté de l’Agence Science Presse, Eve Beaudin fait sobrement le point sur les choses à savoir sur les aphrodisiaques. Dans ce détecteur de rumeurs, on y apprend qu’il est inutile voire même dangereux de lécher un crapaud buffle ou en tout cas, si vous cherchez des effets aphrodisiaques ; mais en cas de recherche d’effets psychoactifs, ça peut le faire.

Bon et puis, last but not least , j’ai aussi quelques petits trucs perso à vous présenter (autosatisfecit), comme par exemple :

Et enfin, je propose de terminer cette revue de la Saint-Valentin en toute subtilité par le bon mot du Docteur Varella, oncologue brésilien et vulgarisateur scientifique de génie (soupçonné d’avoir gagné un prix Nobel de médecine) : « Dans le monde actuel, on investit cinq fois plus en médicaments pour la virilité masculine et en silicone pour les femmes, que pour la guérison de l’Alzheimer. D’ici quelques années, nous aurons des vieilles aux gros seins et des vieux aux pénis bien raides, mais aucun d’entre eux ne se souviendra à quoi ça sert. »

Allez, joyeuse Saint-Valentin à tous !

(Et faites-ça bien de manière responsable)

 

2 réflexions au sujet de « La Saint-Valentin du côté des blogs scientifiques »

  1. Ping : Mais où sont donc passées mes valentines ? - Le blog des Camerounaiseries

  2. Ping : Les pépites de Mondoblog : l'amour à la une - Mondoblog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *