Quand on aura 60 ans. Partie 1 : Au petit bonheur la chance

« Quelles seront nos vies quand on aura 60 ans ? » est l’exercice d’anticipation auquel se sont soumis Florian et Jonathan, élèves à l’Ecole Belge de Kigali pour clôturer le chapitre sur l’avenir du pétrole en géographie. Ils n’ont même pas 18 ans qu’ils imaginent leur avenir au Katanga. Leur récit est surprenant. Je n’en dirai pas plus, je vous laisse découvrir leur vision du futur dans cette nouvelle en quatre épisodes.

I. « Au petit bonheur la chance »

Quand ils auront 60 ans, Jonathan et Florian serons installés dans la ville de Lubumbashi aussi appelée « la capitale du cuivre ». Lubumbashi est située dans le Sud-Est de la République Démocratique du Congo dans la province du Katanga.

En raison des changements climatiques qui s’annonceront dans le futur, le Katanga est idéalement placé. Au cœur de l’Afrique, il ne sera pas frappé aussi durement comme d’autres régions par les conséquences du réchauffement climatique. Ce climat poussera nos deux compères à s’installer dans cette belle région. La température restera clémente pour les différentes plantations, ce qui joue en faveur des agriculteurs, qui arrivent à exporter leurs cultures dans les pays voisins.

La province Katangaise est notamment connue mondialement pour abriter de nombreux gisements, parmi les plus grands d’Afrique. Dans le sol de cette région en apparence épuisée sont encore enfouis des gisements de cuivre, de diamant, des réserves de cobalt ainsi que d’énormes pépites d’or.

Florian, ayant entamé des études universitaires dans le domaine de l’architecture décide de tout plaquer au bout de sa deuxième année d’études. Il se lance le défi d’effectuer le tour du monde avec sa mobylette. Il y renoncera après seulement deux jours. Lors de ce court voyage il a eu le temps de rencontrer un certain Ernest Sugira avec qui il gardera contact. Ce dernier est un ancien footballeur qui a du arrêter sa carrière à la suite d’une terrible blessure au genoux qu’il a contractée lors d’un match opposant le Tout Puissant Mazembe au Vitaa Club pour lequel il jouait. Par la suite il s’est converti dans la vente laitière dans la région de Bukavu. Sugira sera d’ailleurs devenu le fournisseur de lait cru de Florian lorsque ce dernier se sera lancé dans la fabrication de yaourts. Ambitieux et avec l’argent de leurs ventes de laits et de Yaourts, Sugira et Florian vont engager des miliciens dans le but de s’approprier des parcelles à fort potentiel pour commencer des exploitations au Katanga. Pari perdu d’avance ? Ils pourront compter sur la chance puisque quelques années plus tard ils trouveront contre toute attente, un énorme filon d’or d’une valeur inestimable. Mais Florian ne voulant pas partager le butin avec son associé va réussir à se débarrasser de Sugira dans une galerie épuisée de son filon. Désormais seul propriétaire de 42 hectares il décide de s’associer avec Jonathan qu’il vient de retrouver en voyage à Lubumbashi après avoir obtenu ses diplômes universitaires.

Jonathan, qui s’est lancé dans des études d’ingénieur automobile, plaqua tout au vu de la difficulté des études. Il décida donc de falsifier des diplômes dans les rues de Brazzaville pour pouvoir trouver du travail. Jonathan se lancera alors dans les affaires et commence la réparation de téléphones. Son talent lui permettra d’acquérir deux petites quincailleries dans le quartier de Matheus à Kigali, ville à laquelle il est très attaché. Obtenant un dernier diplôme falsifié en électronique, il croise lors d’un voyage dans la région Katangaise une nouvelle fois la route de Florian son ancien compère d’études de l’Ecole Belge de Kigali. Associés à nouveau, les deux camarades se lancent, ensemble, à la conquête de nouveaux minerais.

Mais dans la Province du Katanga, la révolte gronde, l’heure de l’indépendance a sonné ! Jonathan et Florian sauront-ils tirer parti de cette nouvelle donne ? Car, si le pouvoir enivre, l’argent pourri les gens. Nos deux amis sauront-ils rester intègres ? Ils ne l’étaient déjà pas trop vous allez me dire, mais voilà, nous surprendrons-t-ils dans leur futur ? La suite de leurs aventures d’anticipation sera à découvrir la semaine prochaine !

(Imaginé et écrit par Jonathan et Florian ; revu, corrigé et adapté par M. Leeuwerck)

4 réflexions au sujet de « Quand on aura 60 ans. Partie 1 : Au petit bonheur la chance »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *