« La science à contrepied », c’est 40 blogueurs scientifiques qui écrivent un livre

Quand quarante blogueurs scientifiques se mettent ensemble pour faire un livre, ça donne « La science à contrepied » ! Et votre serviteur Rock’n’Science y a contribué.

« La science à contrepied », c’est prendre le public par là où il ne s’attend pas, intellectuellement s’entend bien. Et puis, comme dit dans la description du livre, c’est « le meilleur de la blogosphère pour découvrir la science autrement », dans la collection « science à plumes » de Belin.

« Pour la première fois, un ouvrage réunit les talents de 40 blogueurs, dessinateurs et youtubeurs de science pour plonger le lecteur dans cet étonnement permanent de la recherche scientifique ». Mais alors de quoi parle concrètement le livre ? Eh bien, on y aborde un tas de « questions étranges, résultats contre-intuitifs, démarches inattendues ». Vous ne pensez pas que le métal calme, que les fourmis sont des anarchistes, que les marmottes sont des tueuses d’enfants ? Alors il est temps de courir en librairie (oui, le livre est sorti ce vendredi 24 mars!), ce sont des textes, des dessins et des vidéos à diffuser sur vos téléphones avec des QR codes ! La grande classe.

N’oubliez pas de vous attarder sur ma modeste contribution, j’y explique comment enfermer un écosystème dans une bouteille et de regarder ce qui s’y passe, c’est la suite de la manip que j’avais commencé un mois fatidique, mai 2013. Pour la première fois depuis au moins 2,5 millions d’années, l’atmosphère terrestre n’avait pas connu plus de 400ppm de CO2 dans l’atmosphère. C’est quoi cette prise de tête avec ces 400ppm ? C’est bien plus qu’une simple prise de tête en fait, c’est le seuil au-delà duquel les scientifiques ont déterminé que la changement climatique serait irréversible. Oui, irréversible, l’interrupteur atmosphérique du changement climatique. On en parle moins que le foot, hein ? Drôle de monde, comme ceux que vous pourrez créer en lisant ma contribution de « la science à contrepied ».

Allez, je ne vous retiens pas plus longtemps et rendez-vous à la librairie la plus proche !

Bonne lecture déstabilisante !

2 réflexions au sujet de « « La science à contrepied », c’est 40 blogueurs scientifiques qui écrivent un livre »

  1. Après avoir lu votre chapitre « Enfermer le monde dans une bouteille » dans « La science à contre pied », j’aimerais savoir comment on peut être sûr que les bouteilles sont réellement totalement hermétiques surtout pour celle de Latimer depuis 1972. Il suffirait peut-être d’une fuite infime pour que la plante perdure jusqu’à maintenant, non ?

    • Bonjour Gibe.
      Très bonne remarque ! Pour avoir reproduit l’expérience plusieurs fois, une fuite, même petite, peut être decelée lorsque les végétaux à l’intérieur de la bouteille sèchent. En effet, en cas de fuite, les gaz tels que dioxyde de carbone et oxygène auraient tendance à s’équilibrer avec l’atmosphère, mais l’eau, puisqu’elle est en partie liquide dans le mini-écosystème, s’évapore et quitte nettement la bouteille.
      Voilà, j’espère que ma réponse te convaincra !
      Eric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *