L’Europe, « berceau de l’Humanité ? » L’accroche au prix de l’honnêteté pour le Telegraph

Quand j’ai lu ce titre dans la rubrique science du Telegraph, j’avoue que j’ai sauté sur place de stupeur : « Europe was the birthplace of mankind, not Africa, scientists find« . Vraiment vrai ? Ou l’accroche passe avant l’honnêteté scientifique ?

J’avoue ne pas être un spécialiste de la question, même si je donne cours sur l’évolution à mes rhétos depuis des années, que je lis, que j’essaie de rester à la page, mais quand-même… L’Afrique, selon les scientifiques, ne serait pas le berceau de l’Humanité ? Il me semblait que la théorie « out of Africa » était admise et était bien solide ! Mais Sarah Knapton, éditrice scientifique du Telegraph et auteure de l’article en question n’hésite pas à écrire que « l’histoire de l’évolution de l’homme a été réécrite (…) ». Rien que ça. Ce sont des recherches effectuées sur des mandibules de Graecopithecus sp. (Graecopithecus freybergi pour être plus précis, on peut aussi écrire G. freybergi) trouvées en Grèce et en Bulgarie qui remettraient en cause la théorie de l’origine Africaine des Humains.

Les restes fossiles étudiés appartenaient à des homininés ayant vécu en terres Européennes il y de cela 7,2 millions d’années alors que les restes du plus vieux « hominini » trouvés à ce jour, Sahelanthropus tchadensis sont Africains et datent d’à peine sept millions d’années. Pourquoi se focaliser sur ces restes ? Graecopithecus sp. et Sahelanthropus sp. sont les hominidés qui se trouvent à la croisée des chemins de la différenciation entre le genre Homo (Humains, Néanderthal, etc.) et le genre Pan (Bonobo, Chimpanzé), LE fameux chaînon manquant.

Quelques notions de taxonomie

Hominidés ? Homininés ? Hominini ? Hominina ? Ok, j’explique. Dans la classification phylogénétique du vivant, le groupe des Hominidés (niveau « famille ») comprend les groupes (niveau « sous-famille ») des ponginés (Orang-outangs par exemple) et des Homininés. La sous-famille des homininés comprend les taxons de niveau « tribu » gorillini (gare aux gorilles) et hominini. Hominini, est un taxon qui se divise en plusieurs groupes taxonomiques, niveau de « sous-tribu » dont hominina (C’est nous ! On est dedans ! Nous sommes les seuls survivants du groupe ! #thug )et panina (Bonobo, Chimpanzé), australopithecina, etc.

C’est à ce niveau qu’interviennent nos Graecopithecus et nos Sehelanthropus, ce sont des homininis, avant la séparation distincte entre le groupe des chimpanzés d’une part et celui des Homo, genre dont fait partie l’Humain d’autre part, LE chaînon manquant, donc. (Oui je sais, c’est compliqué à lire… mais ce paragraphe a encore été plus compliqué à rédiger). Une illustration ne sera pas superflue :

Hominidés

Cladogramme Hominidés – https://planet-vie.ens.fr/

Selon l’article de Sarah Knapton du Telegraph, l’étude prétendrait que, puisque l’Européen Graecopithecus vivait avant l’Africain Sahelanthropus (A.K.A. Toumaï), Graecopithecus (A.K.A. « El Graeco ») est le chaînon manquant entre les homininis et les homininas, donc, notre père à tous, infographie à l’appui :

Last common ancestor

« Last common ancestor » des humains et des singes selon le Telegraph

Déjà, la carte est une projection de Mercator, de moins en moins utilisée puisqu’elle a tendance à agrandir exagérément les proportions de l’hémisphère Nord par rapport à la réalité… Aussi, en regardant l’illustration du Telegraph avec plus d’attention, un détail apparaît : « ancêtre des humains et des singes ». Singe… Le terme, qui peut parfois mener à confusion, est un sous-ordre, dans la classification phylogénétique, appelé les simiiformes :

Phylogénie des familles actuelles de singes

Phylogénie des familles actuelles de singes, d’après Perelman et al. (2011)

La lignée des simiens est apparue, suite à une divergence avec les tarsiers il y a 60 millions d’années… Cela nous éloigne pas mal de nos « 8 million years ago ».

Les approximations ne s’arrêtent pas là puisque, tout au long de l’article est utilisé le terme « hominid » (hominidé) pour parler d’El Graeco et de ses descendants, alors qu’il faudrait parler d’Hominini pour « El Graeco » et d’Hominina pour ses descendants « Homo ». C’est vers le début des années 2000 que le terme « Hominidé » devient désuet pour parler des Humains et de ses parents proches Panina. Cependant certains auteurs un peu vieille école parlent encore des hominidé pour qualifier le groupe Hominini.

Sarah Knapton serait-elle Old School ? Peut-être oui, mais elle utilise également le terme « hominini » dans une citation d’un des auteurs de l’une des fameuses études : “Graecopithecus is not an ape. He is a member of the tribe of hominins and the direct ancestor of homo (…) » Il semble donc bien qu’il y ait confusion des termes chez l’auteure de la rubrique science du Telegraph.

El Graeco, LE chaînon manquant en Europe ?

On ferait cette conclusion parce que « El Graeco » a vécu 0,2 millions d’années en Europe avant Toumaï ? Oui, moi aussi je trouve ça un peu rapide comme conclusion. Personnellement, je pense que cette étude qui démontre les liens incontestables entre Toumaï l’africain et El Graeco l’Européen, tous deux représentants d' »homini » tendrait à dire que leur ancêtre commun était un sacré voyageur ! Ce n’est pas parce qu’on a trouvé des fossiles d' »hominini » de 7 ou 7,2 millions d’années qu’il n’existe pas des fossiles plus vieux non-découverts ! Et puis franchement, je trouve ces relents eurocentristes sur les origines humaines vraiment malsaines.

Alors, pour en avoir le cœur net, j’ai consulté les publications originales disponible en ligne sur Plos one « Potential hominin affinites of Graecopithecus from the late Miocene of Europe » et « Messinian age and savannah environment of the possible hominin Graecopithecus from Europe« . Lecture ardue, mais intéressante.

Première constatation, le Telegraph ne référence que vers le premier article, qui, dans ses conclusions est assez modéré :  « (…) it shows features that point to a possible phylogenetic affinity with hominins. G. freybergi (…), provides intriguing evidence of what could be the oldest known hominin. » ; « More fossils are needed but at this point it seems likely that the Eastern Mediterranean needs to be considered as just as likely a place of hominine diversification and hominin origins as tropical Africa. » (Ce qui, en gros veut dire que « G.freybergi partage des caractères mettant en évidence une possible affinité avec les hominis ; plus de fossiles seraient nécessaires pour étayer cette thèse mais la Métiterranée Orientale, au même titre que l’Afrique tropicale, devrait être considérée comme lieu de diversification des homininis et lieu d’origine des homininas.« )

La deuxième publication est quant à elle beaucoup plus partisane de la cause eurocentriste : « The type mandible of G. freybergi (…) represent the first hominids of Messinian age from continental Europe. Our results suggest that major splits in the hominid family occurred outside Africa. » ; « Our conclusions support views that major Miocene hominid radiations occurred outside Africa and endorse the hypothesis that the hominin clade arose in the Eastern Mediterranean. » (Ce qui se traduit par « La mandibule de G. freybergi est la représentante du premier hominidé du Miocène de l’Europe continentale. Nos résultats suggèrent que la scission majeure au sein des hominidés s’est produite hord de l’Afrique ; Nos conclusions appuient la vision que la diversification des hominidés du Miocène a eu lieu hors Afrique et rejoint notre hypothèse que le clade des homininas a émergé en Méditerranée Orientale. »)

Les conclusions des chercheurs sont des interprétations, pas les résultats eux-même ! C’est à la communauté scientifique de juger de la pertinence de ces conclusions… Elle l’a déjà fait d’ailleurs et estime que ces résultats ne sont pas concluants. Il est reconnu aussi que l’un des principaux co-auteurs de l’une de ces recherches, David Begun, paléoanthropologue de l’Université de Toronto, défend depuis longtemps la thèse d’une origine européenne des Humains, tu parles de l’objectivité scientifique…

Problème de communication scientifique

Ce qui me gêne le plus dans cette histoire, ce ne sont pas les conclusions des chercheurs, partisans ou pas. Les débats contradictoires sont très productifs et la communauté scientifique est toujours très critique.

Mais voilà, j’ai vraiment été choqué par le titre racoleur du Telegraph, par l’affirmation de l’auteure qui prétend que l’histoire de l’humanité a été réécrite suite à ces publication, le parti pris dans un débat académique et la confusion dans les termes utilisés. Que nous soyons journalistes, blogueurs, profs, vulgarisateurs, communicateur, médiateur etc. dans le domaine de la science, notre devoir est de communiquer en rendant accessible des productions scientifiques ! Sarah Knapton sait très bien qu’un titre racoleur, même mensonger, attirera plus de lecteurs. Mettez-vous dans la peau du lecteur moyen qui trouve la science rébarbative, votre choix sera facile pour vous décider à lire un article qui titre soit « Les origines de l’Humanité sont en Europe, pas en Afrique selon les scientifiques » soit « Une étude controversée prétendrait que l’origine de l’Homme pourrait être en Europe ». Car oui, la réalité est moins attrayante que le titre de l’article du Telegraph. L’étude est controversée et non, il n’a pas été prouvé que l’Europe est le berceau de l’Humanité.

Il y a une responsabilité à prendre en compte pour une accroche de science, surtout pour un sujet pareil : on ne badine pas avec les origines de l’Humanité ! J’ai consulté les commentaires à l’article, près de 230,ce n’est pas rien ! On y retrouve les habituels créationnistes qui revendiquent que cette complexité du vivant (qu’ils n’arrivent pas à comprendre ;-)) s’explique par la création divine mais il y a aussi des commentaires aux relents nauséabonds du genre « Je suis fier de Mère Europe« , « J‘ai fait un test ADN, et c’est vrai, il n’y a pas de gènes africains chez moi, contrairement à des africains que je connais« , et j’en passe.

Après un titre pareil et une lecture non-critique, combien de personnes sont maintenant convaincues que le berceau de l’Humanité est en Europe ?

Finalement, on en est où concernant les origines de l’Humanité ?

C’est une excellente question et je vous remercie de me l’avoir posée. J’admets ne pas aller aussi loin que ces millions d’années pour parler des origines humaines dans mon cours sur l’évolution avec mes rhétos, j’utilise ceci :

Variation diversité phénotypique et génotypique de l'Humanité

Variation diversité phénotypique et génotypique de l’Humanité

L’expansion de l’humain sur terre a été très rapide il y a 100000 ans. (Les publications originales concernant ces résultats, se trouvent ici, ici et ici et aussi ici.  Les résultats sont solides et confortent la théorie du « Out of Africa » ; je recommande la lecture de ces articles aux éditeurs de science du Telegraph.)

L’illustration ci-dessus montre que, plus on s’éloigne de l’Afrique subsaharienne, moins la diversité humaine (phénotypique et génotypique) est importante. Conclusion ? Les régions subsahariennes ont la plus grande diversité de caractères humains et sont donc l’origine des caractéristiques humaines : l’Afrique subsaharienne est le berceau de l’Humanité !

Et en résumé, pourquoi est-ce que l’Europe ne pourrait pas être le berceau de l’Humanité comme le soutiennent certains scientifiques ? Même si le plus vieil homini connu à ce jour a été trouvé en Europe, cela ne veut pas dire que c’est LE plus ancien hominini qui ait existé ! De plus, il n’y a pas d’évidence de diversification d’hominini vers hominina et panina hors de l’Afrique et cela est de fait, une piste pour continuer à chercher ce fameux chaînon manquant sur le vieux continent. Et enfin, la diversité biologique d’Homo sapiens moderne irradie depuis l’Afrique subsaharienne, pas depuis la Méditerranée Orientale, c’est un peu comme si la biologie nous montrait du doigt l’origine de notre espèce alors qu’une dispute académique voudrait brouiller les pistes.

9 réflexions au sujet de « L’Europe, « berceau de l’Humanité ? » L’accroche au prix de l’honnêteté pour le Telegraph »

  1. Bonjour.
    Vous avez parfaitement raison de vous émouvoir de ce genre de titres, surtout lorsqu’ils sont aussi affirmatifs. De plus, parler de remise en question d’une théorie pour un cousin européen de quelques centaines de milliers d’années d’écart (car Sshelanthropus tchadensis, alias Toumaï, n’a pas « à peine 2 millions d’années » comme vous l’écrivez mais plutôt 7 millions d’années, contre 7,2 pour Graecopithecus ;)) me paraît bien osé. Tout comme affirmer que cette espèce est l’ancêtre du genre Homo, comme le souligne l’un des auteurs de l’étude me semble (très légèrement) prématuré…
    Ce que j’en retire, moi, de cette recherche, c’est que les homininés n’ont pas forcément existé qu’en Afrique, même dans des temps « reculés ». Cela ne change rien au fait que les australopithèques aient colonisé l’Afrique, que les outils les plus anciens ont été découverts en Afrique, et que les premiers représentants avérés du genre Homo n’ont laissé des traces qu’en Afrique. Et donc que le continent noir reste le berceau de l’humanité, faute de preuves plus consistantes.

    Je vous rejoins donc totalement pour cette critique du sensationnalisme dans les titres de certains organes de presse, piège dans lequel j’ai pu moi-même tomber.

    • Bonjour,

      Merci pour le commentaire et la remarque, j’ai corrigé le 2 millions d’années en 7, une coquille…

      Le « à peine » est du second degrés, mais je sais que ça ne passe pas toujours 😉

      Bonne continuation.

  2. C’est vraiment incroyable d’avoir ce genre de raccourcis dans des articles de communication scientifique. Cette « découverte » et les conclusions que l’on y raccroche m’agace depuis plusieurs jours.

    Quelque chose que je ne comprends pas à propos de ces études et de leur conclusion, c’est que même si le Graecopithecus vivait en Europe, rien n’indique que la spéciation vers Hominina s’est fait en-dehors d’Afrique, il me semble.

    Le Graecopithecus pouvait vivre sur une zone assez large pour couvrir le sud de l’Europe (où l’on a trouvé ses restes) et l’Afrique ; ou, pourquoi pas, être une espèce migratoire…

    • Je n’ai pas lu d’analyse sur le sujet mais il semble effectivement qu’il ait été un sacré voyageur ! Et la zone de diversification des hominoïdes reste l’Afrique subsaharienne et non l’Europe.

    • Bonjour !
      Oui, une distinction est faite entre « lesser apes » et « great apes »… A ne pas confondre avec « monkeys » 🙂
      Mais j’avoue que ça a été galère de trouver les équivalents français de tous les termes utilisés en phylogénétique hominoïde.

  3. Ping : Le point avec nos origines - De la science sauvage pour des cerveaux en ébullition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *