Le point sur la théorie de nos origines

Les dernières découvertes sur nos origines t’embrouillent un peu plus l’esprit ? Pas de soucis ! Rock’n’Science met les choses au clair avec quelques notions, lectures recommandées et plein de ressources.

Quelle actualité, mais quelle actu sur nos origines ! Au Maroc, les plus vieux H. sapiens connus à ce jour, 5 crânes et squelettes partiels découverts entre les années ’60 et 2000 révèlent leur âge ! Cette dernière découverte t’embrouille encore au sujet de nos origines et tu ne comprends pas l’ampleur de ces découvertes ? Je te propose quelques lectures théoriques (mais pas rébarbatives) pour mieux comprendre ce que l’on sait de nos origines.

La découverte elle-même

Jebel Irhoud. C’est là au Maroc que sommeillaient depuis 315 000 ans les restes des plus vieux représentants connus de notre espèce, Homo sapiens. La découverte réside plus dans la datation exacte que dans la découverte des crânes eux-même. Cette datation nous permet d’affirmer que notre espèce a pris un coup de vieux de 100 000 ans ! En effet, les squelettes les plus anciens connus avant cette découverte appartenant à notre espèces qui ont été trouvés en Afrique de l’Est en Afrique du Sud sont datés de 200 000 ans.

Alors, qui mieux que Yves Coppens, le découvreur de Lucy, notre cousine Australopithèque, pourrait exprimer l’ampleur et l’importance de cette découverte :

300 000 ans, « une vrai bonne date », un étalon, un point de départ pour aller aussi bien vers le haut que vers le bas de notre évolution, c’est une découverte qui va permettre de réécrire notre histoire. Attention donc les profs de Bio ! Vos manuels sont déjà vieux !

Et on parle encore beaucoup de cette découverte du Maroc dans la presse. L’Agence Science Presse a réalisé un article reprenant quelques lectures autour de la découverte des crânes et de la datation exacte de nos patriarches au Maroc, à lire, donc.

Et donc, qui est Homo sapiens ?

Ces crânes découverts au Maroc sont bien ceux d’Homo sapiens mais archaïque. Les Humains ont depuis encore évolué mais ce sont des Homo sapiens quand-même. Pour reprendre les propos de Coppens, « Aujourd’hui, tous les hommes sont sapiens, donc le racisme ne peut pas exister« . Qui est Homo sapiens alors ? Quelles sont nos caractéristiques communes ?

Même si il est un peu vieillot, le « C‘est pas sorcier » sur le sujet de la diversité humaine, « des hommes de toutes les couleurs » fait une synthèse intéressante avec, une conclusion à retenir : ce qui varie chez les humains, c’est la carrosserie.

<\center>

Le site Hominidés reste une référence francophone concernant la paléoanthropologie avec beaucoup de ressources, aussi bien scientifiques que pédagogiques. Hominidés fait la description scientifique de notre espèce, Homo sapiens, où l’on apprend que notre volume crânien a diminué depuis les sapiens archaïques et que notre genre Homo comptait plusieurs espèces : entre autres H. sapiens et H. neanderthalensis, disparu. Enfin pas tous à fait puisqu’une partie de son matériel génétique est resté chez certains humains ! Dans certaines régions du monde, il y a eu des métissages entre différents hominidés, un métissage « opportuniste » comme j’aime bien le dire puisque les gènes qui nous sont restés d’autres Homo relèvent principalement d’adaptations au climat. H. sapiens étant une espèce essentiellement tropicale, sa migration rapide sur terre ne lui a pas permis de prendre le temps de s’adapter totalement aux conditions climatiques variées sur terre. Certes, H. sapiens, même archaïque est super doué en couture pour affronter les climats froids par exemple, mais la transmission de caractères d’adaptation au climat n’était pas malvenue à l’époque.

Pour en savoir plus sur les migrations de’H. sapiens c’est ici. A savoir que dans ce dernier domaine, les découvertes récentes du plus vieux sapiens ne sont pas encore inclues dans ces migrations… La science et l’analyse des nouvelles données font leur chemin !

Pour en savoir plus sur les métissages d’H. sapiens avec H. neanderthalensis en Europe et l’Hominidé de Denisova en Asie, c’est ici (les amours multiples d’Homo sapiens, hummmm !)

Quelques notions de taxonomie

Hominidés ? Homininés ? Hominini ? Hominina ? Ok, j’explique. Dans la classification phylogénétique du vivant, le groupe des Hominidés (niveau « famille ») comprend les groupes (niveau « sous-famille ») des ponginés (Orang-outangs par exemple) et des Homininés. La sous-famille des homininés comprend les taxons de niveau « tribu » gorillini (gare aux gorilles) et hominini. Hominini, est un taxon qui se divise en plusieurs groupes taxonomiques, niveau de « sous-tribu » dont hominina (C’est nous ! On est dedans ! Nous sommes les seuls survivants du groupe ! #thug )et panina (Bonobo, Chimpanzé), australopithecina, etc.

Le site planet-vie est très bien fait et remet les notions de classification des Hominoïdes bien au clair :

Tableau phylogénétique des Hominoïdes

Tableau phylogénétique des Hominoïdes

En ce qui concerne l’évolution de notre espèce elle-même

Oui, il faut l’admettre on a vite une image en tête quand on pense « Evolution de l’homme »… Et pour cela, une recherche google vite faite va donner :

Evolution de l'Homme

Evolution de l’homme

Euh, non… plutôt ça :

Evolution de l'homme (blanc)

Evolution de l’homme (blanc)

Ah oui, il y a un truc gênant n’est-ce pas ? La pigmentation de la peau… Moi aussi ça me gêne ! Et puis, cette évolution linéaire, en passant par des étapes intermédiaires, des chaînons manquants qui… s’enchaînent vers un homme « blanc », ça sent pas bon cette transmission de stéréotypes.

Preuve en est avec une pas vraiment grande découverte ce mois de mai et une mauvaise communication scientifique qui voulait faire remonter le berceau de l’Humanité en Europe. Une équipe de chercheurs, sur base de restes de mandibules fossilisés, a très probablement mis le doigt sur le plus vieil homini connu au monde :  El Graeco. Toumaï, le plus vieux hominini connu à ce jour avant El Graeco, découvert au Tchad est 200 000ans plus jeune. Cependant, les résultats sont discutés dans le monde scientifique et pas suffisants pour prétendre que le berceau de l’Humanité est l’Europe. Mais les images ci-dessus se vendent bien, il faut le dire, puisqu’elles qu’elle correspondent à un stéréotype de l’Evolution de notre genre.

La chaîne scientifique « la science étonnante » remet les choses au point concernant notre arbre généalogique dans son numéro #3, « comment est apparu Homo sapiens« .

<\center>

 

Alors voilà, conclusions ? La diversification des hominidés, comme toute espèce vivante d’ailleurs, se fait en « bouquet » et notre arbre évolutif est « réticulé », il y a des aller-retours d’espèces et de sous espèces, des séparations, des croisements et tout et tout. Et que, nous sommes issus de processus de sélections naturelles.

« Out of Africa » est une théorie solide

Ces résultats sont solides puisque la datation s’est faite sur plusieurs crânes contemporains bien conservés trouvés dans la même région du Nord de l’Afrique. « Out of Africa » est la théorie scientifique qui dit que notre espèce est issue d’Afrique et cette dernière découverte renforce cette théorie.

Mais c’est quoi une théorie scientifique ? Le lien Wikipedia suivant l’explique bien et si c’est est un peu rebutant, Vikidia (l’encyclopédie des 8-13 ans) rend les choses encore plus accessibles.

Qu’est ce qu’il faut pour une bonne théorie scientifique ? Il faut des hypothèses (propositions d’explication), des résultats et des observations en rapport avec les hypothèses. Dans le cadre d’une théorie on peut réaliser un modèle, une version simplifiée de la théorie qui est capable d’englober l’ensemble des hypothèses et des observations/résultats. Le modèle peut expliquer les phénomènes observés et permet aussi de faire des prédictions, de prévoir des résultats non encore observés.

« Out of Africa » est une théorie fondée sur l’hypothèse que l’Homo sapiens est apparu en Afrique et s’est ensuite dispersé partout dans le monde à partir du vieux continent. Les observations sont les découvertes de fossiles. Les résultats sont la datation des fossiles africains (200 000 ans pour OMO 1 et OMO 2, 315 000 ans pour les crânes marocains) ainsi que des fossiles hors Afrique qui sont tous postérieurs aux patriarches d’Afrique. D’autres résultats sont les variations de diversité de caractères (génotypiques et phénotypiques) des humains qui pointent l’Afrique comme vivier de diversité de notre espèce.

Variation diversité phénotypique et génotypique de l’Humanité

Variation diversité phénotypique et génotypique de l’Humanité

Sur base des ces données, un des modèles qui peut être fait est celui des migrations humaines à partir de l’Afrique :

"A human journey" National Geographic

« A human journey » National Geographic

En ce qui concerne les prédictions, « Out of Africa » prévoit que si des fossiles sont trouvés en dehors d’Afrique ils seront postérieurs aux patriarches d’Afrique et qu’il reste encore de de très vieux fossiles à trouver sur le continent en Afrique. Cependant, la datation des crânes du Maroc replace l’origine de l’humanité non plus en Afrique de l’Est mais plus au Nord de notre bon vieux continent et là, c’est une autre théorie qui prend du plomb dans l’aile, « East side story » dont l’hypothèse place les origines humaines en Afrique de l’Est.

J’espère que vos doutes se sont dissipés ! N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour signaler une coquille, une erreur (au cas où, H. sapiens n’est pas parfait et je n’ai pas prétention d’être un expert de la question !), pour me complimenter, me compléter, me troller ou me raconter une blague.

10 réflexions au sujet de « Le point sur la théorie de nos origines »

  1. « En effet, Lucy, que l’on pensait être la matriarche de l’Humanité, est vieille de 200 000 ans. »
    J’ai bondi en lisant ça : à moins que je ne me trompe, Lucy est un australopithèque, non ? Elle est bien plus ancienne que les restes récemment découverts ?!

  2. Merci pour l’article, mais « 200 000 ans pour Lucy » => toujours pas corrigé dans mes navigateurs malgré des rafraîchissements.
    Remplacer Lucy par OMO1 et OMO2, les plus anciens homo sapiens connus datant d’environ 200 000 ans (avant la découverte marocaine)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *