Une paréidolie peut aussi être auditive

La paréidolie est une phénomène cognitif complexe qui nous fait voir des visages (par exemple) sur plein d’objets. Mais la paréidolie peut aussi être auditive !

fennec

Fennec. Crédits : Michelle Bender CC BY-NC

Une paréidolie peut se réaliser avec tous nos sens. Les plus fréquentes et impressionnantes sont visuelles : on voit des visages partout et si c’est un visage de barbu certains y voient une manifestation de Jésus ou alors de Raspoutine. Ces illusions, car oui, les paréidolies sont des illusions, peuvent même mener à des scènes d’hystérie collective et alimenter certaines théories complotistes ou nous faire croire qu’on a un esprit mal tourné.

Que se passe-t-il quand vous écoutez une chanson dont vous ne comprenez pas les paroles ? Votre cerveau les interprète pour vous et vous fait comprendre certaines choses qui peuvent être différentes en fonction de votre humeur mais surtout de votre langue maternelle.

Par exemple, cette magnifique chanson, « 7 seconds » de Neneh Cherry, avec la participation du sénégalais Youssou N’dour :

A un moment, Youssou N’dour parle super vite ! Sans sous-titrages, j’avoue avoir du mal à comprendre ce qu’il dit… Et je me rends compte, en parlant de ça autour de moi (oui, j’ai des discussions passionnantes avec mes amis) que chacun a sa version des paroles du chanteur…

Eh hop ! Un exercice d’interprétation

Vous allez regarder la vidéo ci-dessous mais trois fois :

  1. La première fois sans les sous-titres (cacher le bas de la vidéo), notez ce que vous avez compris,
  2. La deuxième fois avec les sous-titres, et comparez avec ce que vous avez compris,
  3. La troisième fois, à nouveau sans les sous-titres et essaiez de ne pas tenir compte de la lecture précédente des sous-titres…

Alors ? Observations ?

En premier, on essaie de faire coller les paroles au contexte… Mais on a des doutes : j’ai vraiment entendu ce que j’ai entendu ?

En lisant les sous-titres, on se dit « ouais, ce que je pensais n’était pas trop loin, même si c’était pas exactement ça, mais quand-même. »

Enfin, en revoyant la vidéo sans les sous titres, on a du mal à se débarrasser la tête des sous-titres qu’on a lus précédemment !

Conclusion

Notre cerveau essaie de trouver du sens aux paroles qu’il ne comprend pas (visionnage 1) et tente de se référer à des éléments concrets et rationnels : les images de la vidéo, connaissances de la langue chantée, souvenirs invoqués par la chanson.

Dans la deuxième étape, notre cerveau se dit « ah mais oui ! ça pourrait être ça les paroles ! » Le cortex envoie cette info au système limbique : rire. Mais le cortex se rebiffe : « mais non ! ça ne peux pas être ça ! Florent Pagny ne peut quand même pas chanter ‘Madame aux tétons bien bien sales’ ! »

Et pourtant (étape 3) ! En revisionnant la vidéo à nouveau sans les sous-titres, tu ne peux t’empêcher de repenser aux paroles rigolotes…. La paréidolie est fixée dans ta mémoire d’autant plus facilement que les souvenir des paroles ont été associé à une émotion agréable : le rire. Ces souvenirs peuvent rester fixés très longtemps dans votre cerveau !

Délires satanistes

La sortie de « Stairway to heaven » de Led Zeppelin en 1971 connaît un succès fulgurant, superbe chanson, il est vrai. Mais en 1982, le titre de Led Zeppelin est pris dans le collimateur de Paul Crouch, animateur et propriétaire de la « Trinity Broadcast Network » qui prétend que, passée à l’envers, la chanson révèle un message d’adoration à Satan.

Cette interprétation subjective de paroles à l’envers est bien une belle paréidolie… Mais pas pour le cortex de tout le monde ! En effet, il a faut vraiment chercher pour y percevoir un message sataniste ou pour en tous les cas, trouver un quelconque message en fait… C’est plutôt l’objectivité de Paul Crouch qui est à remettre en cause. Il présente l’émission avec Jan Crouch, sa femme… (Mais, caprice paréidolique peut-être, je crois plutôt y voir Chewbacca… Sympa la teinture Chewie !)

Bon, quand on possède une chaîne telle que « Trinity Broadcast Network », on comprend le manque de sens commun, jugez plutôt avec ce document d’époque la fameuse émission où la chanson de Led Zeppelin est analysée par un expert des Crouch :

C’est fou… Et dire que, suite à cette émission grotesque, « Stairway to heaven » a été catégorisée comme chanson sataniste pendant des années ! Un beau délire collectif.

« Assassin de la police »

Tu as kiffé cette chanson et tu l’as découverte dans le film la Haine (mais tu ne connaissais pas KRS-ONE)… Eh bien tu vas être déçu :

Si tu aimes « Still loving you » de Scorpions, ne lis pas le paragraphe suivant

Ça t’évitera de fixer dans ta mémoire « Ce soir j’ai les pieds qui puent » à 2 minutes 22 de la chanson :

« J’ai les pieds qui puent » but… « I still love you » 😉

Voilà ! Je voudrais remercier Julien et Julien et aussi Thomas pour leurs liens vers ces paréidolies auditives en commentaires du premier numéro sur lu sujet et aussi Robert pour m’avoir envoyé la première vidéo ! Merci, merci, sans vous cet article n’aurait pas été possible.

Si toi aussi ton cerveau te joue des tours en écoutant des chansons, envoie tes interprétations dans les commentaires !

La semaine prochaine, ce sera le dernier post de cette série sur la paréidolie ! Avec une sélection des images les plus improbables, à bientôt !

 

9 réflexions au sujet de « Une paréidolie peut aussi être auditive »

  1. Excellent! Effectivement ces pareidolies sont un bel exemple de la difficulté de nos cerveaux à se satisfaire du non-sens, quitte à se laisser tenter par les interprétations le plus invraisemblables. C’est vrai des images, des sons mais aussi de plein d’illusions optiques (celle du masque creux de Chaplin par exemple). C’est même je pense ce qui explique l’attractivité des théories du complot et même des religions, où l’inexplicable et le hasard sont enfin r nous compréhensibles.
    J’avais produit un billet il y a longtemps sur le sujet ici: http://webinet.cafe-sciences.org/articles/non-sens-interdit/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *