H7N9, combinaison gagnante ?

Article : H7N9, combinaison gagnante ?
9 avril 2013

H7N9, combinaison gagnante ?

Que se cache-t-il derrière le code de l’influenza ? Des barbaries génétiques !

Il existe trois types de virus de grippe qui sont A, B et C. Le type A est le seul qui puisse provoquer des pandémies, c’est donc celui qui nous intéresse. Un virus Influenza de type A est une combinaison de huit gènes parmi lesquels deux sont particulièrement importants : celui de la protéine hémagglutinine qui permet au virus de s’attacher à la cellule qui va être piratée et qui comporte 16 variétés, de H1 à H16 ; et le gène de la neuramidiase, enzyme qui permet de libérer les particules virales qui est représenté par neuf sous-types, de N1 à N9. Cela donne au total 144 combinaisons possibles pour un virus de la grippe, (16*9=144, t’as suivi ?). Toute les combinaisons ne sont pas gagnantes, seules 3 se sont révélées suffisamment compatibles avec une transmission efficace chez l’Humain et ont pu provoquer une pandémie. La première, H1N1, est apparue en 1918, la grippe espagnole et a refait parler beaucoup d’elle en 2009 après s’être fait supplanter en 1957 par la combinaison H2N2 de la grippe asiatique ; et la combinaison H3N2, responsable de la grippe de Hongkong en 1968… La combinaison H5N1de 2003 s’est révélée peu populaire au sein des populations humaines avec près de 360 victimes mortelles de part le monde.

H7N9 n’a pas l’air d’être une combinaison gagnante pour la pandémie selon l’OMS, mais une mutation est si vite arrivée.

Source : le Nouvel Observateur, 10-16 septembre 2009. 

Partagez

Commentaires