Le Rhino en ville, derrière la clôture électrique

[Cliché en Nouvelle Pangée] Un rhino derrière une clôture électrique à Nairobi. Un militaire armé n’est pas loin.

Rhinocéros noir à Nairobi

Rhinocéros noir à Nairobi derrière une clôture électrique. CC Eric Leeuwerck

Nairobi, Kenya, 7 avril 2016. En Nouvelle Pangée, derrière une clôture électrique, on peut rendre visite à un Rhinoceros noir, Diceros bicornis, en pleine ville. Un militaire, vigilant, n’est pas loin, AK-47 en bandoulière. Le Rhino est tranquille. En Nouvelle Pangée en juin 2018, 11 rhinocéros du Kenya ont été transférés du parc national de Nakuru vers celui de Tsavo ; 10 sont morts à cause du stress du transport. Le seul survivant a été attaqué par des lions en juillet.

Le Rhino de Nairobi dans son parc en pleine ville est pénard, il broute à longueur de journée, seul, dans son enclos électrifié. Il se cache parfois derrière un arbre et quand enfin il se montre ça fait ooooh !, aaaaah !, comme un semblant de safari sauvage. C’est une chance de voir un représentant d’une espèce en danger critique d’extinction, même en pleine ville avec tous ces gens. Les autres partent pour voir un lion en cage et des hyènes tachetées qui gambadent dans une sorte de square. Moi, je reste un peu, j’aimerais qu’on partage un moment avec D. bicornis, comme lors de mes dernières visites que je faisais à mon grand-père avant qu’il n’entre à l’hôpital, avant la fin. Le rhino se rapproche débonnaire et vient brouter tout près de nous. Comme pour rajouter de la solennité à ce moment, mes enfants d’habitude bruyants ne disent rien et regardent la peau du rhino, enduite de latérite, on l’écoute ruminer, mastiquer, respirer. Ses cornes sont magnifiques.

En Nouvelle Pangée, j’ai vécu un moment privilégié.

Nouvelle Pangée. Il y a 250 millions d’années, les surfaces immergées de la planète étaient réunies en un supercontinent, la Pangée.  La tectonique des plaques a fracturé et séparé la Pangée en continents. Les segments à la dérive ont lentement développé des écosystèmes uniques avec leur propre biodiversité. Et puis, les humains ont commencé à se déplacer sur la planète. Les continents qui avaient été écologiquement isolés pendant des millions d’années sont reconnectés par les mouvements physiques des humains et ce qu’ils transportent : tout et rien. Le monde n’allait plus jamais être le même, connecté et affreusement uniforme. Bienvenus en Nouvelle Pangée.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *