L’île aux chauves-souris, des roussettes paillées africaines au milieu du lac Kivu au Rwanda

Article : L’île aux chauves-souris, des roussettes paillées africaines au milieu du lac Kivu au Rwanda
7 mai 2019

L’île aux chauves-souris, des roussettes paillées africaines au milieu du lac Kivu au Rwanda

Visite filmée d’une île au milieu du lac Kivu au Rwanda qui ressemble de loin au chapeau de Napoléon. Cette île est le refuge de milliers de roussettes paillées africaines, une espèce de chauve-souris quasi-menacée.

Roussettes paillées en plein vol. Eric Leeuwerck CC-BY-NC
Roussette paillée en plein vol. Eric Leeuwerck CC-BY-NC

A une heure en bateau à moteur depuis Kibuye, sur les rives du Lac Kivu au Rwanda se trouve l’île Tembabagoyi aussi connue sous le nom laissé par les colons d’île « Napoléon », pour sa forme. Mais ce n’est pas pour son aspect que je me suis rendu sur cette île en avril 2017, c’est pour sa population de grosses chauves-souris frugivores, des roussettes paillées africaines, Eidolon helvum. L’île est le refuge de plusieurs milliers d’individus de cette espèce au statut de quasi-menacée. Leur rôle est crucial pour les écosystèmes grâce à la pollinisation et la dissémination de graines d’arbres endémiques, j’en parle ici sur ce même blog.

Mais bon, assez parlé, voici la vidéo :

Les séquences de ma première visite sont complétées par les prises de vue de Bérénice Winderickx des chauves-souris sur l’île en décembre 2017.

L’agitation des roussettes sur l’île est inquiétante. Même avant notre arrivée, elles étaient déjà en l’air. Comme ce sont des bestioles nocturnes, elles sont sensées se reposer en journée or, ce n’est pas ce qui a été observé. Pourquoi elles ne se reposent pas ? J’ai quelques réponses. Même si l’île est en théorie un refuge pour Eidolon helvum, elle est régulièrement visitée par des troupeaux de vaches. Ça peut paraître étonnant, mais les vaches passent d’une île à l’autre à la nage, accompagnées par leur vacher en pirogue à côté du troupeau à l’eau. Les paysans profitent aussi de l’île pour s’approvisionner en goyaves, l’île en est bourrée (c’est pas pour rien que les chauves-souris frugivores adorent cet endroit) et en bâtons arrachés aux arbustes pour soutenir certaines de leurs cultures dans leurs champs.

Et puis, il y a les touristes qui souvent, acceptent que leur guide lance des pierres sur les arbres dans lesquels les roussettes s’abritent ou claquent des mains et sifflent pour effrayer les chauve-souris pour les voir en vol. En voici un exemple avec une vidéo tournée par des touriste sur l’île Tembabagoyi, tout le monde à l’air de se mettre à applaudir sous des « oh my god » et  « waw » :

Il n’y pas encore de véritable études d’impact de ces activités sur la population des roussettes paillées. Mais étant donné leur rôle important et leur statut, il est plus que temps de considérer cette île comme étant plus qu’un refuge à visiter téléphone à la main, mais comme un sanctuaire, une véritable réserve de biodiversité.

La semaine prochaine, je vous raconte ma première rencontre avec elles 😉

Partagez

Commentaires